DEUX RÉGIONS DE PATRIMOINE ARTISANAL

 DEUX RÉGIONS DE PATRIMOINE ARTISANAL

Où qu’on se trouve en Afrique et dans les Caraïbes, il a toujours été banal de rencontrer des artisans qui, au quotidien, se tuent à la tâche pour nourrir de nombreuses bouches et apporter leur contribution au développement socio-économique de leurs différents pays. Bien que les données statistiques ne soient pas toujours disponibles, il va tout de même sans dire que l’Afrique et les Caraïbes sont des champs d’expérimentation de la puissance de ces hommes et femmes dont personne ne devrait logiquement méconnaître l’implication dans les résultats économiques enregistrés par les gouvernants. On voit ainsi au four et au moulin ces artisans donner le meilleur d’eux-mêmes, dans près de 250 professions réparties dans quatre secteurs principaux à savoir l’alimentation, le bâtiment, la production et les services. C’est dire combien les artisans, quels qu’en soient les domaines dans lesquels ils sont en activité, ne manquent pas d’atouts et d’imagination créatrice pour être les maillons de la grande chaîne de développement.

DES CHIFFRES QUI EN DISENT LONG SUR LE RÔLE DES ARTISANS EN AFRIQUE ET DANS LES CARAÏBES

Bien que l’artisanat en Afrique soit quelque peu trahi par les statistiques qui font cruellement défaut et ne permettent pas de bien mesurer la force de frappe des artisans, les rares données chiffrées disponibles donnent clairement à comprendre à quel point l’artisanat pèse d’un poids important sur l’économie nationale. En Côte d’Ivoire par exemple,l’artisanat représente 15 % du PIB (Produit Intérieur Brut). Au Sénégal, les analyses et autres enquêtes situent les chiffres entre 8 et 10 %. Au Maroc, la filière artisanale emploie plus d’un million de personnes, soit environ 95 % du chiffre d’affaires total réalisé par des mono-artisans. Dans divers pays d’Afrique et des Caraïbes, des milliers d’artisans, tous secteurs confondus, ne lésinent pas sur les moyens pour être à la hauteur des défis qui sont les leurs.

Au moment où se prépare le premier salon virtuel des PSAO (Produits et Services inspirés d’Afrique et l’Outre-Mer), les artisans gagneraient à se prendre davantage au sérieux et à mieux s’organiser pour peser d’un poids beaucoup plus lourd sur la marche de l’économie des pays dans lesquels ils sont en activité. De la même façon, les décideurs auraient grand intérêt à accorder plus d’importance à l’artisanat, parfois considéré comme activité de seconde zone. L e premier salon virtuel PSAO, prévu les 17 et 18 décembre prochains, vise aussi à redorer le blason des artisans, véritables catalyseurs des économies nationales en Afrique et dans les Caraïbes. Cela s’appelle rendre à César ce qui est à César.

Cyrille Kemmegne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *